6. Quelles formes d’intégration scolaire existe-t-il ?

 

Entre la scolarisation en école spécialisée et l’intégration d’enfants et de jeunes à besoins éducatifs particuliers, notamment en situation de handicap, il existe diverses formes de scolarisation possibles :

  • on utilise le terme d’intégration partielle lorsque la personne est scolarisée dans deux contextes différents, comme dans le cas d’un élève qui se rendrait deux jours par semaine à l’école de son quartier et les trois autres jours dans une école spécialisée ;

  • une intégration totale implique la fréquentation à temps complet d’une structure ordinaire, avec le soutien de mesures de pédagogie spécialisée.

Dans le cas d’une intégration scolaire, l’élève peut bénéficier de mesures de soutien attribuées collectivement ou de manière individuelle. L’enseignement est généralement organisé selon les modèles suivants (cf. Riedweg, 2008).

Légende des images ci-contre :
• élèves au bénéfice de mesures de pédagogie spécialisée
° élèves ne bénéficiant d’aucune mesure de pédagogie spécialisée

L’enseignant-e régulier-ère (E) travaille seul-e avec la classe. Quant à l’enseignant-e spécialisé-e (S), elle ou il participe à la mise en place du soutien intégratif et contribue à l’aménagement des formes d’enseignement. En cas de difficulté, l’enseignant-e régulier-ère peut faire appel à l’enseignant-e spécialisé-e.

L’enseignant-e régulier-ère et l’enseignant-e spécialisé-e (S) enseignent en commun. Différentes formes de teamteaching (co-enseignement) sont possible.

Dans un local séparé, l’enseignant-e spécialisé-e enseigne ponctuellement à un groupe d’enfants à besoins particuliers issus de plusieurs classes.

Dans un local séparé, l’enseignant-e spécialisé-e enseigne ponctuellement à un groupe d’enfants mixte.

Dans un local séparé, l’enseignant-e spécialisé-e enseigne ponctuellement à un enfant à besoins particuliers (enseignement individuel / coaching d’apprentissage).

< Question précédente                           Question suivante >