9. Quels sont les facteurs de succès pour l’intégration scolaire ?

 

La réussite de l’intégration scolaire des élèves ayant des besoins éducatifs particuliers, y compris de ceux qui connaissent une situation de handicap, relève d’une multitude de facteurs différents, qui font de chaque situation d’intégration une situation unique.

Parmi ces facteurs, relevons les suivants, qui ont été identifiés à partir des expériences faites dans la pratique :

Effectifs des classes et ressources supplémentaires à disposition
Un effectif adéquat et des ressources supplémentaires facilitent l’intégration scolaire (enseignant-e de soutien, enseignant-e spécialisé-e, assistance).

Formation initiale des enseignant-e-s ordinaires
La prise en charge d’enfants à besoins particuliers est facilitée par une bonne préparation de base des enseignant-e-s ordinaires, dans le cadre de leur formation, à la gestion de groupes hétérogènes et à la différenciation. Cette dernière est considérée comme faisant partie des instruments pédagogiques centraux.

Attitudes des enseignant-e-s
Des attitudes positives envers la pratique d’intégration scolaire influencent favorablement le déroulement de l’intégration. Ces attitudes dépendent notamment de l’information et du soutien que les enseignant-e-s reçoivent, mais aussi de leur expérience (ceux qui ont vécu des situations d’intégration y sont généralement plus favorables).

Attitudes de l’enfant/du jeune et de son entourage
Une attitude positive par rapport à l’intégration de la part de l’enfant/du jeune et de son entourage facilite l’intégration.

Mode d’organisation du travail
L’organisation du travail ainsi que son potentiel de différenciation des situations et des actions pédagogiques revêtent une grande importance. La différenciation devrait être mise au centre de la pratique pédagogique, pas uniquement en tant que méthode, mais aussi en tant que forme d’organisation du travail. Par différenciation, on entend le fait d’adapter les moyens et modalités de travail en fonction de la situation de l’élève, et pour certains élèves seulement, le fait d’adapter les objectifs à atteindre.

Collaboration entre professionnel-le-s ainsi qu’avec les personnes de référence
Une intégration réussie dépend de la collaboration non seulement entre les différent-e-s professionnel-le-s impliqué-e-s, mais aussi entre ces professionnel-le-s et les personnes de référence de l’enfant/du jeune.

Caractéristiques personnelles de l’enfant/du jeune et de son entourage
La personnalité de l’enfant, la nature de son handicap, les relations entre la famille et l’école, le niveau socio-économique de la famille et d’autres facteurs influencent la manière dont va se dérouler une intégration scolaire.

L’organisation faîtière suisse des enseignant-e-s Dachverband Schweizer Lehrerinnen und Lehrer Schweiz (LCH) a publié une prise de position en faveur de l’intégration pour tous ainsi qu’un catalogue exposant les conditions requises pour la soutenir tandis que le Syndicat des enseignants romand a adopté des thèses intitulées « intégration scolaire des élèves ayant des besoins particuliers », précisant l’orientation qu’il soutient et revendique en matière d’intégration.

< Question précédente                           Question suivante >